Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

conference

Conférence le mardi 20 Novembre 2018 avec Dominique DEPENNE

15 Octobre 2018, 15:36pm

Publié par Regards Cliniques

 

Ethique et accompagnement humain : distance et proximité

 

  1. Le mardi 20 novembre 2018  à 20h30
  2. Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

 

 

                   Après avoir différencié l'éthique de la morale et de la déontologie, Dominique DEPENNE s'attachera à mesurer les enjeux éthiques qui se posent pour tout professionnel qui accompagne des personnes dites « fragilisées ».

                   L'accompagnement est d'abord et avant tout une relation. Qu'est-ce qu'une relation d'un point de vue éthique ? Qu'est-ce que l'accueil, la rencontre, l'hospitalité, le face-à-face... d'un point de vue éthique ?

                   « Rester à distance » ou « être dans la proximité » ? Tel serait le dilemme du professionnel dans l'accompagnement et plus largement de l'homme face à l'énigme de la relation humaine. Les deux termes définiraient les deux seules positions entre lesquelles le professionnel pourrait choisir. 

                   Mais n'y a-t-il pas un piège à présenter les choses ainsi ? Par ailleurs, la proximité est-elle synonyme de fusion ?

                   Dominique DEPENNE s'attache à différencier les trois termes : distance, proximité et fusion.

                   La proximité est ce qui s'oppose radicalement et conjointement à la distance et à la fusion. 

                   L'analyse de Dominique DEPENNE interroge l'idéologie de la « mise à distance », destructrice de toute relation et conjointement interroge toute idée de fusion. La fusion annule autrui par absorption, tandis que la distance détruit les possibilités de relation par l'exclusion de l'autre.

                   Il soulignera la nécessité de refuser la notion de « l'infâme prise de l'autre » en charge, en soins...qui chosifie les personnes accompagnées. Accompagner, c'est « Aller de compagnie avec ».

                   Dominique DEPENNE développera et soutiendra l'idée qu'il n'existe qu'un « lieu » pour établir une relation d'accompagnement : la proximité, qui seule permet l'accueil et la rencontre éthiques entre l'accompagnant et l'accompagné.

 

Dominique DEPENNE

Docteur en sociologie politique, Ancien éducateur spécialisé et Chef de service,

Formateur à Buc-Ressources

--------------------------

    • Tarif  : Non Adhérent : 10 € - ½ Tarif pour étudiants et demandeurs d’emploi
  • L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

Conférence le jeudi 14 juin 2018 avec David BERNARD

28 Mai 2018, 21:13pm

Publié par Regards Cliniques

L'expérience de la pudeur

Jeudi 14 juin 2018

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

 

De quoi la pudeur est-elle le signe ? Nous partirons pour y répondre de la

clinique, en considérant les conditions d'avènement de la pudeur chez l'enfant, autant

que son vif retour à l'adolescence. Cette étude clinique nous permettra alors de

commenter pourquoi Jacques Lacan fit de la pudeur, pour la psychanalyse, une vertu.

Une vertu, et non une morale. Il faudra préciser la différence entre les deux, pour

éclairer d'une part ce qui fonde l'expérience de la pudeur, mais également situer sa

place en notre époque.

 

David BERNARD

 

Psychanalyste, membre de l’Ecole de Psychanalyse des Forums du Champ Lacanien

(EPFCL),

Enseignant-chercheur en Psychopathologie à l’Université Rennes 2,

Auteur de « Lacan et la honte – De la honte à l’hontologie », Editions du Champ

lacanien, mai 2011.

-----------------------------------------------------

  • Tarif : Non Adhérent : 10 € - ó Tarif pour étudiants et demandeurs d’emploi
  • L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

Conférence du jeudi 12 avril 2018 avec Philippe GENUIT

21 Mars 2018, 14:06pm

Publié par Regards Cliniques

Soins pénalement obligés : soigne-t-on à contre gré ?

Jeudi 12 avril 2018 20h30 

Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

 Les notions d’obligation et d’injonction de soin sont très discutées, entre le thérapeutique et le juridique. Depuis un passé récent la notion d’obligation, reprise dans la notion juridique de soins pénalement obligés, est comprise comme une contrainte, et non plus en son sens initial de contribution à la vie sociale. Par l’émergence de la notion demande en psychothérapie, le soin est conçu dans le souci d’une appropriation et participation du patient. La demande et l’appropriation d’une démarche thérapeutique recoupent la notion de consentement, toujours présente dans les soins pénalement obligés. Ce qui peut entrainer une certaine ambiguïté dans la prise en charge. Soigne-t-on hors demande véritable, et comment le soignant se positionne dans la relation transférentielle, quand la situation lui semble biaisée ? La demande peut-elle émerger d’une incitation plus ou moins contrainte aux soins, avec des personnes plus sujettes à l’agir qu’à l’élaboration psychique ? Ce pari thérapeutique est-il raisonnable ?

Philippe GENUIT Docteur en psychologie, Pôle de Psychiatrie et Conduites addictives en Milieu Pénitentiaire au Centre hospitalier Gérard Marchant de Toulouse

Discutant : Monsieur Thibaut LEPINE, Juge de l'application des peines au Tribunal de Grande Instance de Laval 

 

Tarif : Non Adhérent : 10 € - ½ Tarif pour étudiants et demandeurs d’emploi L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement

Voir les commentaires

Conférence du jeudi 18 janvier 2018 avec Françoise SIRONI

25 Décembre 2017, 19:18pm

Publié par Regards Cliniques

Comment devient-on tortionnaire ?

Psychologie des auteurs de crimes contre l'humanité

 

  1. Le 18 janvier 2018

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

 

 

Hier comme aujourd’hui, les crimes contre l’humanité, crimes de génocide et crimes de guerre ont des conséquences humaines et sociétales graves et durables. Elles entachent la condition humaine, produisent des silences et des transmissions transgénérationnelles. Cela concerne les survivants et les descendants des victimes, les auteurs de ces crimes et leurs enfants, et l’ensemble des sociétés humaines.

 

Ce type de crimes est l’affaire de tous.

 

D’où cette question : comment et pourquoi devient-on un auteur de criminalité politique ? Alors que ni avant, ni après, celui-ci ne commettra plus de tels crimes ? Les auteurs de ce type de crimes ne présentent aucune psychopathologie, mais ils ne sont pas pour autant « normaux ». Ils sont le reflet de la manière dont la géopolitique, le social et l’Histoire traversent les subjectivités.

 

Pour illustrer son propos, Françoise SIRONI s’appuiera sur le cas de DUCH, directeur du camp de torture et de mort S-21, à l’époque des Khmers rouges au Cambodge. Il est personnellement responsable de 17 000 morts. Il a été jugé à Phnom Penh en 2009 et condamné à la détention à perpétuité.

 

Françoise SIRONI a été mandatée par le Tribunal Spécial Khmers rouges pour effectuer l’expertise psychologique de DUCH, qu’elle a rencontré en détention au cours de seize entretiens de trois heures chacun.

 

Elle nous livrera son analyse à la fois psychologique et géopolitique, et nous dira s’il est possible, pour les bourreaux, de sortir de l’état de désempathie et de déshumanisation dans lesquels ils furent plongés pour pouvoir commettre leurs crimes.

 

Françoise SIRONI

Psychologue, psychothérapeute, maître de conférences - Université Paris 8,

Expert près la Cour Pénale Internationale

---------------------------------------------------------------------------

    1.  Non Adhérent : 10 € - ½ Tarif pour étudiants et demandeurs d’emploi

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

 

Avec nos meilleurs voeux pour cette année 2018

 

Voir les commentaires

Conférence du mercredi 10 mai 2017 avec Patrick Coupechoux

24 Avril 2017, 18:16pm

Publié par Regards Cliniques

REGARDS CLINIQUES

L'humanité de la folie : Une question politique

 

                         Le Mercredi 10 mai 2017

20h30 – Salle de spectacle du CHNM -

53100 MAYENNE

Au cours de l'histoire, on a toujours dénié aux fous la qualité d'êtres humains. On les a brûlés au Moyen Âge, parqués dans l'hôpital général de Louis XIV, enfermés dans l'asile, on les a laissés mourir de faim durant l'Occupation, exterminés sous le régime nazi.

 

Pourtant, la folie appartient à l'humanité : elle concerne l'existence même, et pas seulement des symptômes ou ce qui pourrait être leur fondement biologique.

 

Oublier cela, c'est la condamner au rejet, à l'exclusion, à l'enfermement, c'est se condamner à ne jamais la comprendre et à ne jamais entendre ce qu'elle dit de notre monde.

           Patrick COUPECHOUX

Journaliste spécialiste de la psychiatrie, collaborateur du Monde diplomatique

 

 

En partenariat avec le Conseil Intercommunal en Santé Mentale (CISM)

 

Tarif : Non Adhérent : 10 € - ½ Tarif pour étudiants et demandeurs d’emploi

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

 

Voir les commentaires

Conférence du mercredi 27 mars 2017 avec Alexandre LEVY

10 Mars 2017, 10:06am

Publié par Regards Cliniques

 

CONFERENCE-DEBAT le Mercredi 29 mars 2017 à 20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

Tous bipolaires ? Psychopathologie versus pathologisation de la vie quotidienne

 

Les troubles bipolaires font partie des pathologies dont la dénomination participe d'une réforme des discours et des représentations des maladies mentales. Or, ce changement signe de manière caractérisée un point de bascule concernant l'approche même de la clinique. Ainsi l'investigation clinique différentielle semble laisser place à une clinique standardisée des troubles, en visant une simplification et un certain pragmatisme, en lien à des enjeux financiers colossaux. Nous vous proposons ici de discuter des points épistémologiques qui soutiennent ces différentes orientations cliniques.

 

Alexandre LEVY

Psychologue Clinicien,

Maître de conférences à l'Université Catholique de L'Ouest (UCO) ANGERS

 

 

Tarif : Non Adhérent : 10 € - ½ Tarif pour étudiants et demandeurs d’emploi

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

Conférence du mercredi 25 janvier 2017 avec José MOREL CINQ-MARS

8 Janvier 2017, 19:05pm

Publié par Regards Cliniques

Les processus du deuil

                             

Mercredi 25 janvier 2017

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

 

Le deuil n'est pas l'affaire d'un instant. Il dure, persiste, se transforme, ravage la vie psychique d'un individu en s'insinuant dans les méandres de l'inconscient. Comment résister à une perte qui n'est pas seulement la perte de l'autre, mais aussi celle de quelque chose de soi ?

En s'appuyant sur une longue expérience clinique d'écoute de personnes endeuillées et en s'inscrivant en porte-à-faux contre les prescriptions contemporaines de "consolation" et de "remplacement" de l'être perdu, José Morel Cinq-Mars livrera des pistes pour approcher ce qui peut sembler incompréhensible dans les processus du deuil, pour éclairer un peu ce qu'est ce temps particulier et partager ce que lui ont appris les endeuillés, ces hommes, ces femmes et ces enfants qui traversaient ce que, paraphrasant Philippe Ariès, elle nomme un "deuil ensauvagé".

 

José MOREL CINQ-MARS

Psychologue et Psychanalyste,

Auteur de « Le deuil ensauvagé », Éditions PUF.

 

 

Tarif : Non Adhérent : 10 € - ½ Tarif pour étudiants et demandeurs d’emploi

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

Conférence du mardi 11 octobre 2016 avec Anne-Laure ANDRE-BERTON

18 Septembre 2016, 15:01pm

Publié par Regards Cliniques

L'annonce d'une mauvaise nouvelle : de l'information éclairée à l'éthique du sujet

le Mardi 11 octobre 2016

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

L’annonce d’une mauvaise nouvelle dans le cadre de maladie grave, de situation de handicap… a été marquée ces 20 dernières années par la mutation profonde de la relation de soin, évoluant d’un paternalisme bienveillant à des principes autonomistes forts. Il en a résulté la nécessité de dire en tenant compte des enjeux psychiques liés à ces annonces difficiles… Difficulté pour celui qui reçoit l’annonce et pour ses proches bien-sûr, mais difficulté également pour celui qui annonce.

La traversée de ces temps singuliers s’arrête-t-elle à la compréhension par les professionnels des mécanismes de défense, de ces listings des mouvements psychiques vécus par les patients, les proches et les annonceurs ? Y porter intérêt a ouvert la voie à la parole du sujet, mais ne risque-t-on pas ici de réduire le sujet à son strict fonctionnement économique et défensif ? Ne risque-t-on pas d’évacuer certains éprouvés et certains remaniements psychiques nécessaires ? Comment étendre cet intérêt au fonctionnement dynamique du sujet ? Comment introduire la notion d’ajustement des professionnels pour articuler le temps et la traversée de l’annonce à l’éthique du sujet ? Finalement, quelle cohabitation possible entre réalité médicale et vérité subjective ?

Croiser les regards sur ces enjeux psychiques et développer ces notions dans l'ancrage éthique contemporain et notamment sous l'angle du principe autonomiste paraît aujourd’hui essentiel : il s’agira de mettre en perspective la vérité du sujet et les conflits d’intérêt entre valeurs et normes dans ce temps singulier et particulier de l’annonce d’une mauvaise nouvelle.

Anne-Laure ANDRE-BERTON

Psychologue clinicienne,

Titulaire d’un master de recherche en éthique en santé et membre de différents comités d'éthique d'établissements de santé. Une partie de son activité tend à promouvoir la démarche éthique auprès des professionnels du secteur sanitaire et médico-social

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

Conférence du mardi 31 mai Véronique LE MEZEC

17 Avril 2016, 12:16pm

Publié par Regards Cliniques

CONFERENCE-DEBAT

Quelle compréhension des difficultés scolaires aujourd'hui ?

Quelles causalités à l’œuvre ?

Mardi 31 mai 2016

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

L'échec scolaire est aujourd'hui de plus en plus fréquemment interprété en termes de défaillances individuelles imputées à des causes médico-psychologiques. Dans cette logique, les difficultés scolaires des élèves sont attribuées à des causes psychologiques (phobie scolaire, instabilité psychoaffective, etc.…) ou neurologiques (galaxie des « dys », hyperactivité, précocité intellectuelle, etc…). Comment expliquer cette évolution ? Quels sont les effets de cette « médicalisation » de l'échec scolaire pour les enseignants, l'élève et sa famille ?

A placer du côté de l’enfant et de ses qualités la source de sa réussite ou de son échec à l’école, ne risque-t-on pas d’évacuer les dimensions pédagogiques, contextuelles, institutionnelles et environnementales ?

Ainsi le risque ne serait-il pas de mettre les causes de l'échec scolaire hors de l'école et de la vie sociale ?

Les difficultés rencontrées par les enfants à l’école sont le plus souvent complexes et multicausales. N’est-il pas essentiel de pouvoir mettre en place des analyses et des réponses pluri-professionnelles au sein de l’école avec l’enfant et ses parents et, lorsque nécessaire, en partenariat avec les services extérieurs et les autres professionnels de l’enfance ?

Véronique LE MEZEC

Psychologue éducation nationale – 1er degré, Psychologue clinicienne

Vice-Présidente de l’AFPEN (Association Française des Psychologues de l’Education Nationale)

Publications

- Colloque "Handicap de l’enfant et l’adolescent, Psychologie, Evaluation et MDPH", Paris, 9 & 10 avril 2015

Participation à la table ronde "synthèse des premières tendances, conséquences et perspectives"

http://www.appea.org/Examen_psychologique/Ressources/table_ronde_synthese_MDPH

- 2èmes assises nationales des Centres référents pour les Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages

Participation à la table ronde «Parcours de soins, répartition régionale des structures de niveau 1, 2 et 3 et partenariat avec les MDPH»

http://www.reseauarcenciel22.fr/wp-content/uploads/2013/12/Actes-des-2%C3%A8mes-Assises-Nationales-des-Centres-de-R%C3%A9f%C3%A9rence-TSLA.pdf

- Contribution aux travaux de la consultation nationale "Refondons l'école de la République Juin-septembre 2012

http://www.education.gouv.fr/archives/2012/refondonslecole/wp-content/uploads/2012/09/concertation_refondons_l_ecole_groupe_4_contribution_afpen_innovation_formation_10_09_2012.pdf

- L'adaptation des institutions et des professionnels dans les nouveaux dispositifs de la loi 2005 : une nouvelle place pour la psychologie de l'école? / Véronique Le Mézec in Psychologie et Education, n°77 (juin 2009)

- LE MEZEC Véronique avril 2005 l’élève merveilleux : travail sur la relation de l’enseignant à l’élève Le journal des psychologues N° 226

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

Conférence du jeudi 3 mars 2016 avec Karen Lucas et Florent Cadet

31 Janvier 2016, 13:28pm

Publié par Regards Cliniques

La diversité des manières d’habiter

Jeudi 3 mars 2016

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

Dans le cadre de nos pratiques médico-sociales en milieu ouvert, nous rencontrons des personnes sans logement, dehors, dans un squat, dans leur famille, chez des amis, avec un logement mais non-investi, avec un logement mais qui sert d’abri etc… A chaque fois la demande, « la porte d’entrée » médico-sociale est liée au logement : « je veux un logement », « j’ai des troubles du voisinage », « je vais être expulsé de chez moi », « je veux changer de logement » etc...

Qu’en est-il de ces formulations quand on les prend comme des symptômes retentissant dans le rôle social d’habitant ?

Comment s’y prend-on pour lier ces symptômes aux demandes sociales de diagnostics et d’accompagnements ? Nous vous présenterons notre réflexion en mettant en rapport nos rencontres avec des habitants en difficultés et certains concepts de la psychanalyse et de la théorie de la médiation, dont nous faisons usage pour orienter nos interventions.

Karen LUCAS et Florent CADET

Psychologues à l’association ADGESTI en Sarthe, (www.ADGESTI.fr)

Karen Lucas

Psychologue clinicienne, responsable du Pôle Médico-Social, praticienne dans le service SAMSAH (Service d’Aide Médico-Social pour Adulte Handicapé) et sur le service diagnostic habitant/habitat.

Florent Cadet

Psychologue clinicien, dans le service SAMSAH (Service d’Aide-Médico-Social pour Adulte Handicapé) et sur le service diagnostic habitant/habitat.

Publications :

- Psychologue dans le domaine de l’insertion, une approche épistémologique ; dans le Journal des Psychologues en mars 2014.

- La rencontre d’une personne à tendance psychopathique : un citoyen amoral malgré lui ; dans Tétralogiques n°20 intitulé Politique et Moral, en février 2015.

Contribution internet :

Brève critique du Job Coaching titré « le job coaching, un tournant pour l’insertion ? », sur le site du Forum du 3 octobre 2015 à Rennes : Insistance des protocoles, persistance du désir.

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>