Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Conférence du mercredi 25 janvier 2017 avec José MOREL CINQ-MARS

8 Janvier 2017, 19:05pm

Publié par Regards Cliniques

Les processus du deuil

                             

Mercredi 25 janvier 2017

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

 

Le deuil n'est pas l'affaire d'un instant. Il dure, persiste, se transforme, ravage la vie psychique d'un individu en s'insinuant dans les méandres de l'inconscient. Comment résister à une perte qui n'est pas seulement la perte de l'autre, mais aussi celle de quelque chose de soi ?

En s'appuyant sur une longue expérience clinique d'écoute de personnes endeuillées et en s'inscrivant en porte-à-faux contre les prescriptions contemporaines de "consolation" et de "remplacement" de l'être perdu, José Morel Cinq-Mars livrera des pistes pour approcher ce qui peut sembler incompréhensible dans les processus du deuil, pour éclairer un peu ce qu'est ce temps particulier et partager ce que lui ont appris les endeuillés, ces hommes, ces femmes et ces enfants qui traversaient ce que, paraphrasant Philippe Ariès, elle nomme un "deuil ensauvagé".

 

José MOREL CINQ-MARS

Psychologue et Psychanalyste,

Auteur de « Le deuil ensauvagé », Éditions PUF.

 

 

Tarif : Non Adhérent : 10 € - ½ Tarif pour étudiants et demandeurs d’emploi

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

Programme 2016-2017

23 Octobre 2016, 19:50pm

Publié par Regards Cliniques

@

REGARDS CLINIQUES

 

Association de recherche sur les liens entre

LA CLINIQUE PSYCHIATRIQUE ET LES SCIENCES HUMAINES

 

CONFÉRENCES-DÉBATS 2016-2017

 

 

Mardi 11 octobre 2016

 

L'annonce d'une mauvaise nouvelle :

de l'information éclairée à l'éthique du sujet

 

L’annonce d’une mauvaise nouvelle dans le cadre de maladie grave, de situation de handicap… a été marquée ces 20 dernières années par la mutation profonde de la relation de soin, évoluant d’un paternalisme bienveillant à des principes autonomistes forts. Il en a résulté la nécessité de dire en tenant compte des enjeux psychiques liés à ces annonces difficiles… Difficulté pour celui qui reçoit l’annonce et pour ses proches bien-sûr, mais difficulté également pour celui qui annonce.

            La traversée de ces temps singuliers s’arrête-t-elle à la compréhension par les professionnels des mécanismes de défense, de ces listings des mouvements psychiques vécus par les patients, les proches et les annonceurs ? Y porter intérêt a ouvert la voie à la parole du sujet, mais ne risque-t-on pas ici de réduire le sujet à son strict fonctionnement économique et défensif ? Ne risque-t-on pas d’évacuer certains éprouvés et certains remaniements psychiques nécessaires ? Comment étendre cet intérêt au fonctionnement dynamique du sujet ? Comment introduire la notion d’ajustement des professionnels pour articuler le temps et la traversée de l’annonce à l’éthique du sujet ? Finalement, quelle cohabitation possible entre réalité médicale et vérité subjective ?

            Croiser les regards sur ces enjeux psychiques et développer ces notions dans l'ancrage éthique contemporain et notamment sous l'angle du principe autonomiste paraît aujourd’hui essentiel : il s’agira de mettre en perspective la vérité du sujet et les conflits d’intérêt entre valeurs et normes dans ce temps singulier et particulier de l’annonce d’une mauvaise nouvelle.

 

Anne-Laure ANDRE-BERTON est psychologue clinicienne, titulaire d’un master de recherche en éthique en santé et membre de différents comités d'éthique d'établissements de santé. Une partie de son activité tend à promouvoir la démarche éthique auprès des professionnels du secteur sanitaire et médico-social.

  --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 25 janvier 2017

 

Les processus du deuil

 

Le deuil n'est pas l'affaire d'un instant. Il dure, persiste, se transforme, ravage la vie psychique d'un individu en s'insinuant dans les méandres de l'inconscient. Comment résister à une perte qui n'est pas seulement la perte de l'autre, mais aussi celle de quelque chose de soi ?

En s'appuyant sur une longue expérience clinique d'écoute de personnes endeuillées et en s'inscrivant en porte-à-faux contre les prescriptions contemporaines de "consolation" et de "remplacement" de l'être perdu, José Morel Cinq-Mars livrera des pistes pour approcher ce qui peut sembler incompréhensible dans les processus du deuil, pour éclairer un peu ce qu'est ce temps particulier et partager ce que lui ont appris les endeuillés, ces hommes, ces femmes et ces enfants qui traversaient ce que, paraphrasant Philippe Ariès, elle nomme un "deuil ensauvagé". 

José MOREL CINQ-MARS

Psychologue et Psychanalyste,

Auteur de « Le deuil ensauvagé », Éditions PUF.

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Mercredi 29 mars 2017

 

Tous bipolaires ? Psychopathologie versus
pathologisation de la vie quotidienne

 

Les troubles bipolaires font parties des pathologies dont la dénomination participe d'une réforme des discours et des représentations des maladies mentales. Or, ce changement signe de manière caractérisée un point de bascule concernant l'approche même de la clinique. Ainsi l'investigation clinique différentielle semble laisser place à une clinique standardisée des troubles, en visant une simplification et un certain pragmatisme, en lien à des enjeux financiers colossaux. Nous vous proposons ici de discuter des points épistémologiques qui soutiennent ces différentes orientations cliniques.

 

Alexandre LEVY

Psychologue Clinicien, Maître de conférences à l'Université Catholique de L'Ouest (UCO) ANGERS

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 10 mai 2017

 

 

L'humanité de la folie :

Une question politique

 

Au cours de l'histoire, on a toujours dénié aux fous la qualité d'êtres humains. On les a brûlés au Moyen Âge, parqués dans l'hôpital général de Louis XIV, enfermés dans l'asile, on les a laissés mourir de faim durant l'Occupation, exterminés sous le régime nazi.

Pourtant, la folie appartient à l'humanité : elle concerne l'existence même, et pas seulement des symptômes ou ce qui pourrait être leur fondement biologique.

Oublier cela, c'est la condamner au rejet, à l'exclusion, à l'enfermement. C'est se condamner à ne jamais la comprendre et à ne jamais entendre ce qu'elle dit de notre monde.

 

Patrick COUPECHOUX

Journaliste spécialiste de la psychiatrie

Collaborateur du Monde diplomatique

Auteur de « Un homme comme vous : essai sur l’humanité de la folie », édit du Seuil, 2014

 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Les conférences sont à 20h30 à la salle de spectacle du CHNM

 

Tarif : Tarif : Non Adhérent : 10 € - ½ Tarif pour étudiants et demandeurs d’emploi
L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement

Voir les commentaires

Conférence du mardi 11 octobre 2016 avec Anne-Laure ANDRE-BERTON

18 Septembre 2016, 15:01pm

Publié par Regards Cliniques

L'annonce d'une mauvaise nouvelle : de l'information éclairée à l'éthique du sujet

le Mardi 11 octobre 2016

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

L’annonce d’une mauvaise nouvelle dans le cadre de maladie grave, de situation de handicap… a été marquée ces 20 dernières années par la mutation profonde de la relation de soin, évoluant d’un paternalisme bienveillant à des principes autonomistes forts. Il en a résulté la nécessité de dire en tenant compte des enjeux psychiques liés à ces annonces difficiles… Difficulté pour celui qui reçoit l’annonce et pour ses proches bien-sûr, mais difficulté également pour celui qui annonce.

La traversée de ces temps singuliers s’arrête-t-elle à la compréhension par les professionnels des mécanismes de défense, de ces listings des mouvements psychiques vécus par les patients, les proches et les annonceurs ? Y porter intérêt a ouvert la voie à la parole du sujet, mais ne risque-t-on pas ici de réduire le sujet à son strict fonctionnement économique et défensif ? Ne risque-t-on pas d’évacuer certains éprouvés et certains remaniements psychiques nécessaires ? Comment étendre cet intérêt au fonctionnement dynamique du sujet ? Comment introduire la notion d’ajustement des professionnels pour articuler le temps et la traversée de l’annonce à l’éthique du sujet ? Finalement, quelle cohabitation possible entre réalité médicale et vérité subjective ?

Croiser les regards sur ces enjeux psychiques et développer ces notions dans l'ancrage éthique contemporain et notamment sous l'angle du principe autonomiste paraît aujourd’hui essentiel : il s’agira de mettre en perspective la vérité du sujet et les conflits d’intérêt entre valeurs et normes dans ce temps singulier et particulier de l’annonce d’une mauvaise nouvelle.

Anne-Laure ANDRE-BERTON

Psychologue clinicienne,

Titulaire d’un master de recherche en éthique en santé et membre de différents comités d'éthique d'établissements de santé. Une partie de son activité tend à promouvoir la démarche éthique auprès des professionnels du secteur sanitaire et médico-social

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

Conférence du mardi 31 mai Véronique LE MEZEC

17 Avril 2016, 12:16pm

Publié par Regards Cliniques

CONFERENCE-DEBAT

Quelle compréhension des difficultés scolaires aujourd'hui ?

Quelles causalités à l’œuvre ?

Mardi 31 mai 2016

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

L'échec scolaire est aujourd'hui de plus en plus fréquemment interprété en termes de défaillances individuelles imputées à des causes médico-psychologiques. Dans cette logique, les difficultés scolaires des élèves sont attribuées à des causes psychologiques (phobie scolaire, instabilité psychoaffective, etc.…) ou neurologiques (galaxie des « dys », hyperactivité, précocité intellectuelle, etc…). Comment expliquer cette évolution ? Quels sont les effets de cette « médicalisation » de l'échec scolaire pour les enseignants, l'élève et sa famille ?

A placer du côté de l’enfant et de ses qualités la source de sa réussite ou de son échec à l’école, ne risque-t-on pas d’évacuer les dimensions pédagogiques, contextuelles, institutionnelles et environnementales ?

Ainsi le risque ne serait-il pas de mettre les causes de l'échec scolaire hors de l'école et de la vie sociale ?

Les difficultés rencontrées par les enfants à l’école sont le plus souvent complexes et multicausales. N’est-il pas essentiel de pouvoir mettre en place des analyses et des réponses pluri-professionnelles au sein de l’école avec l’enfant et ses parents et, lorsque nécessaire, en partenariat avec les services extérieurs et les autres professionnels de l’enfance ?

Véronique LE MEZEC

Psychologue éducation nationale – 1er degré, Psychologue clinicienne

Vice-Présidente de l’AFPEN (Association Française des Psychologues de l’Education Nationale)

Publications

- Colloque "Handicap de l’enfant et l’adolescent, Psychologie, Evaluation et MDPH", Paris, 9 & 10 avril 2015

Participation à la table ronde "synthèse des premières tendances, conséquences et perspectives"

http://www.appea.org/Examen_psychologique/Ressources/table_ronde_synthese_MDPH

- 2èmes assises nationales des Centres référents pour les Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages

Participation à la table ronde «Parcours de soins, répartition régionale des structures de niveau 1, 2 et 3 et partenariat avec les MDPH»

http://www.reseauarcenciel22.fr/wp-content/uploads/2013/12/Actes-des-2%C3%A8mes-Assises-Nationales-des-Centres-de-R%C3%A9f%C3%A9rence-TSLA.pdf

- Contribution aux travaux de la consultation nationale "Refondons l'école de la République Juin-septembre 2012

http://www.education.gouv.fr/archives/2012/refondonslecole/wp-content/uploads/2012/09/concertation_refondons_l_ecole_groupe_4_contribution_afpen_innovation_formation_10_09_2012.pdf

- L'adaptation des institutions et des professionnels dans les nouveaux dispositifs de la loi 2005 : une nouvelle place pour la psychologie de l'école? / Véronique Le Mézec in Psychologie et Education, n°77 (juin 2009)

- LE MEZEC Véronique avril 2005 l’élève merveilleux : travail sur la relation de l’enseignant à l’élève Le journal des psychologues N° 226

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

Conférence du jeudi 3 mars 2016 avec Karen Lucas et Florent Cadet

31 Janvier 2016, 13:28pm

Publié par Regards Cliniques

La diversité des manières d’habiter

Jeudi 3 mars 2016

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

Dans le cadre de nos pratiques médico-sociales en milieu ouvert, nous rencontrons des personnes sans logement, dehors, dans un squat, dans leur famille, chez des amis, avec un logement mais non-investi, avec un logement mais qui sert d’abri etc… A chaque fois la demande, « la porte d’entrée » médico-sociale est liée au logement : « je veux un logement », « j’ai des troubles du voisinage », « je vais être expulsé de chez moi », « je veux changer de logement » etc...

Qu’en est-il de ces formulations quand on les prend comme des symptômes retentissant dans le rôle social d’habitant ?

Comment s’y prend-on pour lier ces symptômes aux demandes sociales de diagnostics et d’accompagnements ? Nous vous présenterons notre réflexion en mettant en rapport nos rencontres avec des habitants en difficultés et certains concepts de la psychanalyse et de la théorie de la médiation, dont nous faisons usage pour orienter nos interventions.

Karen LUCAS et Florent CADET

Psychologues à l’association ADGESTI en Sarthe, (www.ADGESTI.fr)

Karen Lucas

Psychologue clinicienne, responsable du Pôle Médico-Social, praticienne dans le service SAMSAH (Service d’Aide Médico-Social pour Adulte Handicapé) et sur le service diagnostic habitant/habitat.

Florent Cadet

Psychologue clinicien, dans le service SAMSAH (Service d’Aide-Médico-Social pour Adulte Handicapé) et sur le service diagnostic habitant/habitat.

Publications :

- Psychologue dans le domaine de l’insertion, une approche épistémologique ; dans le Journal des Psychologues en mars 2014.

- La rencontre d’une personne à tendance psychopathique : un citoyen amoral malgré lui ; dans Tétralogiques n°20 intitulé Politique et Moral, en février 2015.

Contribution internet :

Brève critique du Job Coaching titré « le job coaching, un tournant pour l’insertion ? », sur le site du Forum du 3 octobre 2015 à Rennes : Insistance des protocoles, persistance du désir.

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

Conférence du mercredi 13 janvier 2016 avec David Le Breton

30 Décembre 2015, 17:27pm

Publié par Regards Cliniques

Expériences de la douleur : approche anthropologique

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

Comme les autres perceptions sensorielles, la douleur n’est pas l’enregistrement d’une donnée physiologique, mais une interprétation, une traduction en termes intimes d’une altération pénible de soi. Ce n’est pas le corps qui souffre mais l’individu en son entier. D’où la diversité des attitudes pour des personnes atteintes des mêmes pathologies et des mêmes symptômes. La douleur est toujours mêlée de sens c’est pourquoi elle est vécue comme une souffrance à un degré plus ou moins accentué selon les individus et les circonstances. Subie, elle est plutôt destructrice, choisie, elle permet de mieux se connaitre et elle est inhérente à certaines activités valorisées. En outre la blessure délibérée permet à des adolescentes à travers leurs scarifications de s’opposer à leur souffrance d’existence.

David LE BRETON

Professeur de sociologie à l’université de Strasbourg

Membre de l’Institut Universitaire de France et du Laboratoire URA-CNRS « Cultures et société en Europe »

Auteur notamment de : Expériences de la douleur. Entre destruction et renaissance (Métailié), Anthropologie de la douleur (Métailié), Disparaitre de soi. Une tentation contemporaine (Métailié), ou Anthropologie du corps et modernité (PUF)

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

Conférence du jeudi 5 Novembre 2015 avec Ina Moldoveanu

16 Octobre 2015, 19:29pm

Publié par Regards Cliniques

Pour une clinique des souffrances subjectives dans la maladie d’Alzheimer : souffrance du sujet et de ses proches

Jeudi 5 novembre 2015

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

Cette présentation vise à nuancer la problématique de la souffrance qui entoure la maladie d’Alzheimer, et notamment celle des malades et de leurs proches. Ces souffrances, que nous appelons souffrances Alzheimer, ne sont pas uniformes, ne sont pas constantes, peuvent arriver à différentes étapes de la maladie chez différents sujets, elles ne sont pas toujours liées directement à la maladie d’Alzheimer, même si la maladie peut favoriser leur apparition.

Comment souffre-t-on de la maladie d’Alzheimer aujourd’hui ? Quelles sont les réponses qu’on apporte aux malades et quelles sont les réponses qu’ils nous donnent ? Nous allons essayer d’aborder toutes ces questions.

Ina Moldoveanu

Psychologue clinicienne

Docteur en psychologie

Responsable de projets Bistrot-mémoire, Ateliers créatifs, Clinique des Augustines à Malestroit

Tarif : Non Adhérent : 10 € - ½ Tarif pour étudiants et Chômeurs

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Siège Social : Bibliothèque Médicale - CHNM - 229 Boulevard Paul Lintier – CS 60102 - 53103 MAYENNE CEDEX  : Marilyne DIVEU, Présidente : 06-26-06-68-69 -  : regardscliniques53@yahoo.fr – http://regardclinique53.over-blog.fr/

Voir les commentaires

Conférence du mardi 26 mai 2015 avec Eric FIAT

19 Mai 2015, 22:37pm

Publié par Regards Cliniques

Euthanasie et dignité humaine

Mardi 26 mai 2015

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

 

De nombreux pays ont légalisé ou sont sur le point de légaliser l'euthanasie au nom de la dignité humaine.

Mais, cette valeur doit être ambiguë, puisque nombreux sont ceux qui, en tant que citoyen ou acteur dans le champ de la santé, de la justice, du social ou du médico-social s'opposent à cette légalisation précisément au nom même de la dignité humaine.

Eric Fiat se propose d'analyser les différents sens de cette notion de « dignité», afin de chercher, face à l'approche de la mort, une position qui soit éthiquement la plus juste possible et qui serait de nature à rendre le tragique moins tragique.

 

Eric FIAT

Professeur agrégé de philosophie, université Paris-Est Marne-la-Vallée

Membre expert de l'Observatoire National de la Fin de Vie

Professeur de philosophie au centre de formation continue de l’AP-HP

 

Tarif : Non Adhérent : 10 € - ó Tarif pour étudiants et Chômeurs

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

 

Il est conseillé de réserver :  Marilyne DIVEU, Présidente : 06-26-06-68-69 -

Voir les commentaires

Conférence du mercredi 4 mars 2015 avec Jean-Yves DARTIGUENAVE

1 Mars 2015, 21:30pm

Publié par Regards Cliniques

CONFERENCE-DEBAT

Pour une sociologie du travail social

Mercredi 4 mars 2015

Il n’est plus possible aujourd’hui d’ignorer les effets profondément déstructurants de l’idéologie gestionnaire et des pratiques managériales sur l’action sociale et le travail social. Nombre de travaux ont en effet montré que la soumission des établissements aux règles d’une concurrence effrénée, le culte voué à la performance et à une communication vide de sens, la déqualification des compétences par le recours accru à une division taylorienne et bureaucratique des tâches, la

fascination pour les procédures d’évaluation, les démarches qualité et enquêtes de satisfaction, participent communément à une remise en cause radicale des fondements du travail social. Pour notre part, nous avons parlé à ce propos d’un véritable déni anthropologique pour souligner combien les tendances organisationnelles actuelles reposent sur une négation de la dimension humaine qu’implique tout travail social.

Aussi, nous paraît-il nécessaire et même crucial d’envisager un contrepoint à ces dérives gestionnaires et managériales qui déstructurent le travail social. Une telle perspective suppose de réélaborer un savoir qui soit en mesure d’apporter une certaine cohérence et cohésion à l’approche des situations sociales et leur traitement, en lieu et place de la juxtaposition de points de vue qui ne font précisément plus « sens ». Cela suppose, de notre point de vue, de faire un retour vers les sciences de l’homme, c’est-à-dire vers des savoirs qui se donnent comme objet l’étude de l’homme, soit stricto sensu une anthropologie.

Jean-Yves DARTIGUENAVE

Professeur de sociologie

Directeur du CIAPHS (Centre Interdisciplinaire d’Analyse des Processus Humains et Sociaux) Université de Rennes 2.

 

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

Tarif : Non Adhérent : 10 € - ó Tarif pour étudiants et Chômeurs

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Conférence du jeudi 29 janvier 2015 avec Thierry ROTH

14 Janvier 2015, 09:22am

Publié par Regards Cliniques

REGARDS CLINIQUES

CONFERENCE-DEBAT

Clinique des addictions: que sont nos névrosés devenus ?

 

Jeudi 29 janvier 2015

20h30 – Salle de spectacle du CHNM - 53100 MAYENNE

 

                   Si l'on avait dit à Freud, à la fin du XIXème siècle, que l'on allait ouvrir des services d'addictologie un peu partout, il aurait probablement fait une moue dubitative. Les problèmes de toxicomanie ou d'alcoolisme existaient, certes, mais étaient volontiers réservés aux marginaux, aux artistes voire aux médecins. Quelques changements sont passés par là, au sein de nos sociétés occidentales, pour en arriver à la situation actuelle : progrès scientifiques (technologiques et médicaux), libération des mœurs, récusation (et non simplement contestation) de l'autorité symbolique... Doit-on s'en réjouir ou le déplorer? Je réponds d'emblée : "aucun des deux" ! Nous avons, cliniciens, travailleurs sociaux, chercheurs, à essayer de repérer les conséquences de ces changements. D'où la question, double, que nous posons : que sont devenus les névrosés du siècle dernier et quelle réponse apporter au malaise des jeunes d'aujourd'hui ?

 

 Thierry ROTH

Psychologue Clinicien, Psychanalyste, Spécialiste en addictologie.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tarif : Non Adhérent : 10 € - ½ Tarif pour étudiants et Chômeurs

L'adhésion (28 €) donne droit aux 4 conférences annuelles gratuitement.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>